imprimer

Formulation d’objectifs

Les objectifs constituent la base de l’évaluation des effets produits. Une intervention est efficace dans la mesure où elle a permis d’atteindre les objectifs que l’on s’était fixés au préalable ou en cours de route. Sans objectifs auxquels les confronter, il n’est donc pas possible de montrer les effets d’interventions.

 

Vous avez probablement décrit les objectifs généraux de votre projet de manière claire et concrète (Objectif 'SMART': Spécifique, Mesurable, Acceptable, Ambitieux, Réaliste et défini dans le Temps. Plus d'info sur les objectifs smart, http://www.quint-essenz.ch/fr/topics/1133). Le moment est venu de définir de la même manière vos objectifs en matière d’inégalités sociales de santé, même si votre projet ne vise pas explicitement à combattre les inégalités sociales. Dans ce dernier cas, un objectif minimal dans le cadre de cette lentille ISS est de faire en sorte qu’au moins les inégalités sociales n’augmentent pas à l'issue du projet.

 

L’objectif ultime est évidemment de réduire les inégalités sociales de santé. Il est crucial cependant de formuler vos objectifs en matière d’inégalités sociales de manière réaliste et mesurable. Ainsi par exemple, il ne sert à rien d’attendre des changements au niveau des indicateurs épidémiologiques (tels que la prévalence d’une affection précise, taux de mortalité,…). Vous pouvez faire la distinction entre objectifs à long terme, objectifs intermédiaires et objectifs à court terme (Nutbeam, 1999) et vous aider au moyen de grilles et modèles comme par exemple l’outil de Catégorisation des résultats d’une action de santé réalisé par Promosanté Suisse et adapté par l’INPES (Paris). Les résultats que vous voulez obtenir à long terme sont des changements en santé. Il est cependant plus réaliste d’atteindre des effets intermédiaires, autrement dit des modifications concernant des déterminants de santé. Songeons par exemple ici à des soins de santé plus accessibles ou à une amélioration des conditions de logement (voir schéma de Whitehead). À plus court terme, vous pouvez obtenir des résultats au niveau des aptitudes cognitives et sociales des individus. Il est donc essentiel de formuler des objectifs réalisables dès le début du projet.

 

 

Prenons un exemple pour clarifier cela.

Un projet part du constat que dans certains groupes défavorisés, on rencontre davantage de diabète de type 2 que dans d’autres groupes. La littérature nous apprend qu’un mode de vie sain (alimentation et exercice physique) peut prévenir le diabète de type 2, et, si la maladie a déjà été diagnostiquée, contribuer à une évolution favorable de la maladie. 

 

On décide de mettre sur pied un programme d’alimentation saine et d’exercice physique pour ce groupe défavorisé, en se concentrant surtout sur les personnes qui n’ont pas encore le diabète. Un objectif à court terme est d’inciter ces personnes à bouger davantage et à s’alimenter plus sainement.

 

On peut mesurer différentes facettes de cet objectif: pourcentage du groupe cible qui est atteint, pourcentage qui modifie effectivement ces comportements, pourcentage qui répond aux normes d’exercice physique en suffisance et d’alimentation saine. Ces trois critères (ou indicateurs) montrent bien que l’on peut placer la barre/l’objectif plus ou moins haut. Si on peut prouver que la plupart des membres du groupe cible bougent suffisamment et mangent sainement après votre programme, vous avez obtenu un effet plus important que si vous constatez uniquement que la plupart des gens du groupe cible ont été atteints. Prouver que grâce à votre programme il y a moins de cas de diabète de type 2 dans ce groupe (objectif à long terme) ne sera probablement pas possible dans le cadre d’un projet de courte durée. Il est dès lors extrêmement important de formuler vos objectifs de manière la plus réaliste possible.